Il y a quand même des hommes clairvoyants

6 juillet 2010 par LaPin

Il y avait un énorme chat qui, tel une divinité dédaigneuse, se laissait caresser par les clients. Il entra, le chat était là, endormi. Dahlmann demanda une tasse de café, la sucra lentement, la goûta (dans la clinique, ce plaisir lui avait été interdit) et il pensa, pendant qu'il lissait le noir pelage, que ce contact était illusoire et que le chat et lui étaient comme séparés par une plaque de verre, parce que l'homme vit dans le temps, dans la succession et le magique animal dans l'actuel, dans l'éternité de l'instant.

Jorge Luis Borges
Le Sud