Chanatomie spécifique

24 novembre 2009 par LaPin

Humains, arrêtez de faire les malins. Vous n'avez pas idée de ce que vous pourriez faire si vous utilisiez toutes vos facultés.

Découvrir son corps fait partie des devoirs de l'adolescent. Comme je vous l'ai déjà avoué une fois ou deux, j'ai une sensualité à fleur de poil et suis contraint de l'apaiser au moyen de substituts faciles à soumettre (un coussin poilu par exemple).

 

Ma curiosité naturelle m'a toutefois mené à une découverte intéressante qu'il me semble vital de partager avec vous : vous avez, comme moi (et comme tous les mammifères, et même les reptiles), un organe voméro-nasal. Mais contrairement à moi, vous ne vous en servez plus.

 

Voméro-nasal c'est pas dégueulasse du tout, contrairement à ce que pourrait imaginer l'homme prude. C'est juste un petit dispositif chimique ultra pointu qui permet de repérer et de sélectionner des chattes de bonne compagnie. Pour vous prouver que je suis un adolescent, je vais vous faire un mini exposé sur le sujet:

 

Historique

C'est en 1813 que le danois Ludvig Jacobson a découvert et nommé cet organe subtil. Vous noterez que je suis partagé entre le dégoût à son égard (pour avoir coupé en deux la tête de nombreux collègues) et l'admiration (il faut quand même le voir ce petit organe, surtout au milieu d'une boucherie vivisectrice). Bon, merci quand même Ludvig. On l'appelle donc Organe de Jacobson ou Organe Voméro-Nasal.

 

 

l'organe voméronasal de LaPin

Anatomie

Il est situé sous la surface intérieure du nez, et relié à la bouche par deux petits conduits qui arrivent juste derrière les incisives.

Dans une certaine mesure, il est une sorte de pont entre l'odorat et le goût.

Mais la réalité, c'est qu'après des millions d'années d'évolution, il est devenu, chez le chat et les félins tout au moins, une sorte de détecteur à phéromones ultra-puissant.

Les reptiles en ont un et l'utilisent aussi dans le cadre de leurs sorties coquines

 

Sujet de débat de scientifiques qui n'ont rien d'autre à faire que de gloser

Ce qui me fait vraiment marrer, c'est que les anatomistes sont partagés quant à la présence de cet organe chez vous, les hommes. Il y a des sceptiques qui disent que c'est un reliquat de l'évolution non fonctionnel, et des plus poètes qui pensent qu'il est juste atrophié faute de l'avoir exploité.

Côté félin croyez-moi, on sait parfaitement à quoi ça sert. En langage d'humain, ce serait une sorte de détecteur à meufs en rut (ça vous fait rêver hein bande d'incroyants). Et mon témoignage est le suivant : un simple reniflement de chatte, et je vous dis si oui ou non elle est BAT*. Vous en faites autant vous ?

 

 

* on préfère utiliser des acronymes issus de l'imprimerie, un poil codés, pour expliquer un truc très simple, mais dont l'expression crue pourrait choquer le plus jeune public.